Monitoring et réseaux sociaux

16juin/090

Twitter retarde sa maintenance pour couvrir l’actualité en Iran

#iranelectionQui peut encore douter du caractère incontournable de Twitter aujourd'hui ? Hier encore, je m'étonnais de voir Volkswagen diffuser des publicités pour vanter les mérites de sa dernière Golf GTI, en proposant à l'internaute de lui recommander la meilleure voiture de sa gamme, en fonction du contenu de ses tweets (la pub ayant disparu de theonion.com, je posterai le lien dès qu'elle refait surface). L'art et la manière - peu ordinaires -  de se servir d'une autre marque pour promouvoir ses produits.

Bien plus épatant, on apprend ce matin que Twitter renonce à la maintenance de ses serveurs aujourd'hui, de manière à permettre aux iraniens qui contestent les résultats de la récente élection du président sortant - ainsi qu'aux internautes en général - de s'exprimer.

Il faut dire que depuis quelques jours, le hashtag #iranelection est utilisé pour baliser un nombre impressionnant de tweets, souvent accompagnés de photographies de manifestions. Le 13 juin, lendemain de l'élection, 390 tweets contenant le hashtag étaient publiés. Le 14, 7404, le 15 14291 et aujourd'hui, à l'heure où je rédige, 27418 (!) tweets ont déjà été publiés. Et c'est sans compter sur d'autres hashtags comme #iran ou #tehran, qui comptent également quelques milliers de tweets.

Alors que l'on soupçonne Téhéran de bloquer l'accès à Internet (à Facebook notamment) et de brouiller les communications satellites de certains networks, Twitter fait de la résistance. Il est vrai qu'une connexion à Internet n'est pas obligatoire, et pour tweeter, et pour lire des tweets. Un téléphone suffit.

Devant de telles nouvelles, on se demande si Twitter ne finira pas être déclaré d'intérêt public.

Testez gratuitement la performance de votre site web :
15juin/090

Opera promet de réinventer le web… dès demain

opera-revolutionEn version beta depuis le début du mois, le navigateur Opera 10 va t'il débarquer demain en version finale et, comme le promet Opera, révolutionner le web ?

Sans doute pas, dans la mesure où le cycle de développement d'Opera est certainement loin d'être achevé. Problèmes de javascript avec Google Docs ou avec Facebook, le navigateur ne sera pas finalisé en une nuit.

Au regard de cette énigmatique page mise en ligne depuis la fin de la semaine dernière, il est probable qu'Opera soit sur le point de se lancer dans le Cloup Computing. L'éditeur norvégien va t'il offrir quelques gigaoctets d'espace disque à ses utilisateurs ? Ou ira t'il vraiment plus loin ?

Réponse demain.

Remplis sous: Uptime Aucun commentaire
Testez gratuitement la performance de votre site web :
12juin/092

Hadopi, Loppsi 2 : l’état a t’il vraiment les moyens de mettre des mouchards dans nos ordinateurs ?

imgpoint20070622_7951291_2Le Conseil constitutionnel a donc tranché : le principe d'une sanction des internautes par une autorité administrative ne saurait être légal. C'est à la justice et à elle seule que reviendra de sanctionner les internautes coupables de téléchargement illégal. Voire ainsi de prononcer la suspension de leur abonnement.

Conséquence, l'autorité admnistrative devra apporter la preuve des téléchargements et de leur illégalité, à des magistrats pas nécessairement formés - ni équipés - pour apprécier la validité de ces éléments. Cela implique une saisie systématique du disque dur chez l'internaute et le recours obligatoire à des experts pour les tribunaux. Bref, une belle et très onéreuse pagaille, prompte à asphyxier un système justiciare déjà exangue.

Dans ces conditions, le citoyen lambda aura nécessairement bien moins peur de cette loi Hadopi et continuera de télécharger illégalement. Or la peur était certainement le principal ressort de cette loi.

Pour autant, la loi Hadopi n'est peut être pas tout à fait morte. Reste en effet la "simplification des procédures de contrôle par les services de l'Etat des logiciels intégrant des mesures techniques permettant le contrôle à distance de fonctionnalités ou l'accès à des données personnelles", mesure qui sera certainement clarifiée avec la loi sur la sécurité intérieure, Loppsi 2. En clair, il s'agit de la possibilité d'installer librement des mouchards sur les ordinateurs des internautes français.

Là encore, la mise en application à grande échelle d'une pareille mesure va se heurter des problèmes techniques. Un logiciel espion, fut-il créé par un service spécialisé de l'Etat, s'apparente nécessairement à celui créé par un hacker. L'Etat va donc devoir s'escrimer à mettre au point des chevaux de Troie - les mêmes qui pulullent sur le web - qui devront (tenter de) déjouer les mécanismes de détection et d'éradication des logiciels anti-virus. Et là, ce n'est pas gagné d'avance.

Comme le craignent certains experts en terrorisme, faire de la surveillance systémique va inciter tous les internautes à recourir à un système de cryptage du moindre octet de données. Et dans ces conditions, il ne sera vite plus possible de surveiller quoique ce soit. La belle affaire.

Remplis sous: Uptime 2 Commentaires
Testez gratuitement la performance de votre site web :
12juin/090

Pingwy sur Twitter cette semaine

Remplis sous: Actus Aucun commentaire
Testez gratuitement la performance de votre site web :
11juin/091

WordPress 2.8 : plus intuitif et bien plus rapide

La nouvelle cuvée WordPress vient de débarquer. Pas de révolution pour le plus célèbre des moteurs de blog, mais tout un tas d'améliorations qui vont améliorer le quotidien de ses utilisateurs.

Tout d'abord, c'est l'ergonomie de la console d'administration qui bénéficie de multiples améliorations, notamment en ce qui concerne l'agencement des différentes zones et menus. L'administrateur peut se concocter une interface aux petits oignons, en déplaçant les différents blocs à sa guise et en déterminant le nombre de colonnes, par exemple.

Encore mieux, la gestion des widgets dans les colonnes latérales du blog gagne en fluidité. Jusqu'ici, il fallait sélectionner puis afficher la colonne de son choix (lorsque son blog en contenait plusieurs), afin d'y glisser déposer des widgets. Désormais, toutes les colonnes sont affichées par défaut, ce qui est nettement plus pratique. De plus, on peut déplacer des widgets d'une colonne à une autre.

Plus ergonomique également, la page de gestion des extensions : le nouveau WordPress facilite encore plus leur installation et leur activation. Idem pour la gestion des thèmes, puisque leur recherche et leur installation se fait désormais directement depuis l'interface de WordPress.

Enfin, WordPress 2.8 gagne nettement en rapidité de fonctionnement. Rien que pour cela, la mise à jour s'impose.

Testez gratuitement la performance de votre site web :
10juin/090

Vanity URLs : qui va vous piquer votre adresse sur Facebook samedi ?

Va t'on assister à une belle bérézina du côté de Facebook samedi prochain ? Le réseau social qui aimerait bien faire tout comme Twitter, mais s'attire surtout l'ire de ses membres à chaque nouvelle mutation, a décidé de permettre à ses 200 millions d'utilisateurs de disposer d'une URL personnalisée, du type : http://www.facebook.com/demimoore. Et par extension d'un nom d'utilisateur.

Jusqu'ici, l'URL d'une page facebook - sauf à être une marque ou une célébrité et bénéficier d'un passe-droit - ressemblait à http://www.facebook.com/profil.php?234654654sds44. Pas bien pratique et tout sauf optimisé pour le référencement. La faute à Facebook qui n'a pas cru bon, depuis sa création, devoir laisser la possibilité à ses nouveaux membres de choisir un pseudo.

Les choses vont donc changer dès samedi minuit. Oui mais voilà, il existe sur Facebook un nombre important de faux membres, qui pourraient bien tenter de choisir comme pseudo le nom d'autrui ou, plus certainement, de grandes marques. Clairement, Facebook s'expose désormais au cybersquatting.

Facebook affirme avoir pris des dispositions pour éviter de type de problème, mais on a peine à les croire... Selon Blaise DiPersia, les membres inscrits après le 30 mai ne pourront pas immédiatement choisir un pseudo et disposer donc d'une URL personnalisée. C'est bien, mais cela ne concerne les cybersquatters qui auraient eu vent de l'info après le 30 mai.

Or, cela fait bien six mois, sinon davantage, que des vanity URLs existent sur Facebook. Il est peu probable que ce détail ait échappé aux cybersquatteurs qui sévissent sur le web et, de plus en plus, sur Twitter.

Bref, si samedi matin un petit rigolo vous a dérobé votre nom ou votre marque, vous pourrez toujours faire une réclamation aurprès de Facebook sur cette page. Et vous armer de (beaucoup de) patience...

EDIT : Pour choisir votre vanity URL, c'est ici : http://www.facebook.com/username/

Testez gratuitement la performance de votre site web :
8juin/090

Ursurpation d’identité : Twitter va lancer une campagne de vérification des comptes utilisateurs

Il fallait bien que ça arrive. La semaine dernière, Tony La Russa, entraîneur bien connu outre-atlantique d'une équipe de football, a saisi la justice pour exiger de Twitter la fermeture d'un compte dont il nie être l'auteur, et dont le contenu l'agace prodigieusement. Par ailleurs, c'est à Twitter que Tony La Russa réclame la réparation du préjudice qu'il dit subir.

En effet, l'un des tweets indiquait que l'entraîneur déplorait la défaite de son équipe, mais se félicitait d'avoir fait la route depuis Chicago sans accident lié à l'alcool... ni lanceur mort. En anglais dans le texte : "Lost 2 out of 3, but we made it out of Chicago without one drunk driving incident or dead pitcher".

Cette dernière allusion au décès de deux joueurs entraînés par Tony La Russa n'est pas passée, et celui-ci a donc décidé de porter l'affaire devant la justice.

En réponse, le co-fondateur de Twitter, Biz Stone, a publié un billet d'explications, indiquant d'une part avoir fermé le compte concerné, et d'autre part mis en chantier une campagne de vérification de certains comptes Twitter, opérationnelle dès l'été.  En clair, faire la chasse aux imposteurs susceptibles d'envoyer Twitter devant les tribunaux.

Car bien que les conditions générales d'utilisation du service protègent - en théorie et selon Biz Stone - Twitter dans ce type d'affaires, la multiplication de procédures telles que celle initiée par Tony La Russa génèrerait nécessairement des coûts importants de défense.

Un travail colossal attend donc l'entreprise. D'ailleurs, mystère sur la méthodologie envisagée par Twitter...

Testez gratuitement la performance de votre site web :
8juin/090

Nouveau Google Street View : ça va jazzer!

La semaine dernière, Google a annoncé la mise en place d'un nouveau système de navigation pour Street View. Pour rappel, Street View est la base de photographies à 360°, réalisées depuis des voitures, et accessible dans le service de cartographie en ligne Google Maps. Un outil extrêmement pratique pour repérer efficacement un lieu de rendez-vous ou encore pour guider quelqu'un à distance.

Jusqu'ici, la navigation n'était pas très intuitive. Pour progresser dans une rue, il fallait cliquer à de multiples reprises sur les flèches balisant cette rue, sans trop savoir où il était possible de se positionner. On effectuait ainsi des sauts se puces imprécis. Idem pour les rotations et les zooms, réalisés à la veuglette. Street View était assez fastidieux.

Depuis quelques jours, tout a changé. Le positionnement de la souris sur l'image fait apparaître des balises rectangulaires et circulaires, avec une icône invitant à y cliquer. On se prend ainsi à cliquer sur des portions d'image... que l'on aurait pas nécessairement eu idée d'explorer. En un instant, on se retrouve à regarder au travers de la fenêtre du deuxième étage ou dans le jardin d'une maison.

Très clairement, l'utilisateur du service est incité au voyeurisme. Il est donc probable que dans les semaines qui viennent, on assiste à une recrudescence des affaires de cambriolages et d'atteinte à la vie privée à cause Google Street View.

Il y a fort à parier que Google va crouler sous les demandes de retouches photos, émanant de particuliers et d'entreprises mécontents de voir leur intimité ainsi exposée. Si vous êtes concerné par ce problème, sachez que Google a mis en place un formulaire de réclamation.

Testez gratuitement la performance de votre site web :
5juin/090

Pingwy sur Twitter cette semaine

Remplis sous: Actus Aucun commentaire
Testez gratuitement la performance de votre site web :
5juin/090

Google Chrome pour Linux : ne le téléchargez pas!

Google vient de le confirmer, les version Linux et Mac de Chrome verront bien le jour. Leur développement a même débuté et des pré-versions sont dores et déjà disponibles au téléchargement. Mais seulement à l'attention des développeurs, les utilisateurs lambdas étant priés de passer leur chemin pour l'instant.

Selon Google, Chromium (l'appellation de Chrome sous Linux et Mac) serait actuellement incapable de lire une vidéo Youtube ou d'imprimer quoique ce soit. Cependant, une version beta pourrait être prochainement disponible, plus fonctionnelle donc.

Etant donné le cycle infernal de développement de la version Windows, et les hautes ambitions de Google pour son navigateur web, proposer des versions pour d'autres OS était une évidente obligation. Séduire la communauté du libre pour mieux pénétrer celle du payant, voilà qui pourrait aider Google, à conditions que le développement des versions Linux soit rapide.

Testez gratuitement la performance de votre site web :
Page 10 sur 31« Premère...89101112...2030...Dernière »